Sunday, October 31, 2010

Fiori



3 Comments:

Anonymous Anonymous said...

Le voyage
C.Baudelaire

Pour l'enfant, amoureux de cares et d'estampe,
L'univers est égal à son vaste appétit.
Ah! Que le monde est grand à la clarté des lampes!
Aux yeux du souvenir que le monde est petit!

Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme,
Le coeur gros de rancune et de désirs amers,
Et nous allon, siuvant le rhythme de la lame, Berçant notre infini sur le fini des mers:

Les uns joyeux de fuir une oatrie infame;
D'autres, l'horreur de leurs berceaux, et quelqu'uns,
Astrollogues noyés dans les yeux d'une femme, La Circé tyrannique aux dangereux parfums.

Pour n'ètre pas chanés en bètes, ils s'énivrent
D'espace et de lumière et de cieux embrasés;
La glace qui les mord, les soleils qui les cuivrent,
Effacent lentement la marque des baisers.

Mais les vraies voyageurs sont ceux-là qui partent
Pour partir; coeurs légers, semblables aux ballons,
De leur fatalité jamais ils ne s'écartent,
Et, sans savoir pourquoi, disent toujours: Allons!

Ceux-là dont les désirs ont la forme des nues,
Et qui rèvent, ainsi qu'un conscrit le canon,
De vastes voluptés, changeantes, inconnues,
Et dont l'esprti humain n'a jamais su le nom!


Io cho ho già preso tanto spazio in questa parte del blog, sono senz'altro una rosa con le spine e tante foglie.
un abbraccio da via dei serragli.

11/05/2010 1:01 PM  
Blogger Francesco said...

...bellissima...

11/15/2010 3:28 PM  
Blogger ape said...

adoro la tua poesia!...ciao Kià

11/18/2010 11:50 AM  

Post a Comment

Links to this post:

Create a Link

<< Home